Litanies de l’Italie

François Péchin
Litanies de l’Italie
Enfants d'Italiens
Témoignage recueilli en 2006 par François Péchin
dans le cadre de l'ouvrage
Enfants d’Italiens, qu'elle(s) langue(s) parlez - vous ?

par : Péchin François

Télécharger la fiche au format PDF
Lecture du texte complet: 

Litanies de l’Italie

 

                                                                                                                                            …et des Italiennes.

                                                                                                                                                  (A. Rimbaud)

 

 

Italia Celeste… Comme j’aimerais, comme je voudrais… Ma chi è questo ? Uno nuovo ?

Je ne sais pas, ce ne sont pas des choses que l’on dit. Oui, c’est ça, ça ne se dit pas. Enfin ça ne se dit plus… mais peut-être… peut-être qu’en les chantant… « je suis rital et je le reste »… Che cosa strana !

 

Je rêve.

Je rêve de soleil, de Sicile. D’un estate italiana. Je rêve de Côme, des grottes bleues, la via Chiaia, Santa Maradona et l’Isola Verde, Trapani, Trapattoni et Cesare Mori…

Entra Entra

 

Revoir la terre originelle près de Cefalù et la lagune, la cité des chats. Le Tintoret, Dante, et plus encore, tous les balcons de Vérone… revenir, juste un peu, ma famille et ma forza Italia, San Gennaro, Santa Lucia… Un plat de Penne all’Arrabbiata dans la strada…

Cosa Nostra

 

L’Honorable Société, Camorra, N’drangheta, Sacra Corona Unita, dans les environs de Syracuse et Caltanissetta… J.F.K., La vita è bella, Antonio Montana… La Cosca de Salvo et tous les latifondo… Da noi non si chiani i genitori i vecchi.

Di polipo

 

Bagheria, les vendettas, l’Ucciardone, Don Corleone, tout ça sur fond de méditerranée et du grand Milan AC… Ah, l’Italie, mon Italie, soupir du pont des soupirs…Oui, plus le mont Palatin que tous les petits Liré, et plus mon Tibre latin… heureux qui comme un Italien…

Roberto, mio palmo

 

Felix qui comme Benigni au JT de 20 heures ! « Écoutez Poivre, jé né rien compris dé cé qué vous avez dite ma jé souis d’accordé !!». Et Viva Italia ! Costume Prada, opera aperta, Giacomo Balla… et la Cicciolina !

Solo tu

 

La symphonie. Direction Pizzeria Brandi, en Ducatti, Moto Guzzi, Lamborghini, sourire armani et Monica Belluci… Cléopâtre, Messaline, Messine, Mélusine… au son de la Callas et des Matias… Bazar

Più bella cosa

 

Capulet, Montaigue, sempre di più… Panzani, Pantani, Inzaghi, les rosso neri… Vois où je vis… et les westerns spaghettis. La bomba, Tomba, faire du ski sur l’Etna ! Retourner à Pompéi, dans mon pays, finir en gondole, près des Doges, Ponte de le tete, lever la tête…

O Sole mio

 

 

… Les Italiennes…

 

 

Mais je rêve, je rêve…

Tu vuo fa’ l’italiano ?

 

Je suis né sous le signe de l’hexagone comme disait l’autre.

Je suis tristement français.

Si tristement français.

 

François Péchin

Année de recueillement du témoignage: 
année de rédaction :